On m'a déjà demandé ce que signifiait le "logo" situé en haut à gauche. Je crois que quelques explications en éclaireront la symbolique :

  • Le cœur, rouge, surmonté d'une croix et couronné d'épines est celui qu'on appelle le Sacré Cœur de Jésus. En effet, Jésus est mort sur la croix par amour pour tous les hommes de tous les temps, marqués par le péché et par la mort, pour les sauver de ce péché qui n'est autre que la rupture de la relation avec Dieu, et de cette mort qui en est la conséquence.
    Sur la croix, Jésus a pris le péché du monde, et par sa mort a détruit la mort et nous a réouvert le chemin de la vie en scellant, pour l'éternité, l'Alliance nouvelle et éternelle qui nous fait entrer dans la vie avec Dieu.
    La raison de ce don total de lui-même, jusqu'à sa vie même, n'est autre que son amour infini, à lui qui est le Fils de Dieu, qui est Dieu, pour l'homme qu'il a créé par amour. Amour symbolisé par le rouge, amour symbolisé par ce cœur, cœur humain qui a battu de l'amour de Dieu et qui a été transpercé sur la croix, libérant l'eau du baptême et le sang de l'eucharistie.

  • Ce cœur porte en son cœur, comme ce qu'il a de plus précieux, le monde, symbolisé par cette planète bleue sur laquelle nous vivons (et que j'ai dessinée de tout mon cœur et de mon piètre talent, ce qui explique qu'elle ne soit pas forcément aisément reconnaissable).

  • Remarquons que le monde aussi porte la couronne d'épines - noires, ce qui symbolise la souffrance et la mort - que Jésus a portée sur la croix : le monde souffre, et Jésus a porté sa souffrance... nous qui souffrons (d'une manière ou d'une autre, plus ou moins peut-être), nous sommes appelés à unir notre souffrance, qui en soi n'a aucun sens, à la souffrance de Jésus sur la croix, pour, avec lui, porter le salut au monde.

J'ai fait ce petit dessin sur un bout de papier en revenant d'un pèlerinage, pendant mon année de discernement avant d'entrer au séminaire. Pèlerinage porté par cette grande petite phrase, tirée de l'Évangile selon saint Jean (chapitre 3, verset 16) : "Dieu a tant aimé le monde qu'Il a donné son Fils" . Ce dessin, je l'ai recopié sur une carte postale donnée à ceux qui partageaient cette année avec moi, et, quelques années plus tard, je l'ai scanné et retravaillé pour donner ce symbole que vous voyez aujourd'hui. Pour moi, il récapitule en quelque sorte l'essentiel de ma foi, et la raison pour laquelle je suis diacre, (c'est-à-dire serviteur, diakonos, en grec) et prêtre de l'amour de Jésus pour chacun de vous.

Au dos de mon image d'ordination diaconale, représentant le lavement des pieds, il y avait ce premier verset du chapitre XIII du même évangile de saint Jean : "Jésus, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu’au bout." (Jn 13,1). C'est l'amour du Christ qui me porte, qui me donne la grâce et la joie de répondre à l'appel, à la vocation de Dieu pour moi, à votre service, pour le salut du monde.
Au dos de mon image d'ordination sacerdotale, représentant la fraction du pain à Emmaüs (Luc 24,30-31), il y avait cette même phrase, tirée cette fois-ci de la quatrième prière eucharistique du Missel Romain : "Comme il avait aimé les siens qui étaient dans le monde, il les aima jusqu'au bout". Prière eucharistique que j'ai prononcée pour ma "première messe" au lendemain de mon ordination sacerdotale.