Lectures du jour :

Première lecture : Ha 1,2-3;2,2-4 ;
Psaume 94,1-2.6-9 ;
Deuxième lecture : 2 Tm 1,6-8.13-14 ; 
Évangile : Lc 17,5-10.

Cette homélie a été dite le jour même où deux jeunes étudiants professaient leur foi devant tous les jeunes de l'aumônerie rassemblés pour leur messe de rentrée... « Augmente en nous la foi », en un jour comme celui-ci, n'était-ce pas providentiel ? :)

Homélie :

Une fois de plus, Jésus utilise des mots qui nous choquent dans l’Évangile d'aujourd'hui. « Quand vous aurez fait tout ce que Dieu vous a commandé, dites-vous : "Nous sommes des serviteurs quelconques" » ! Sympa. Merci Jésus. Si si, j'ai bien entendu, pendant que je lisais ces mots, comme un léger frémissement parmi vous :)
Mais attendez, vous allez rire - ou pas. Parce que la traduction est faible : en grec, les mots utilisés signifient exactement "nous sommes des esclaves inutiles"... Ah ben d'accord. Sympa. Merci Jésus.
Comment comprendre ces mots qui peuvent nous paraître durs ? Et qui ont été durs à entendre aussi pour les Juifs à qui Jésus parlait ce jour-là ? Des Juifs pour qui l'observance des commandements de Dieu est centrale dans leur vie... "Esclaves inutiles", ceux qui font ce que Dieu leur a commandé ?!

Revenons au prophète Habacuc, qui nous dit ceci : « Le juste vivra par sa fidélité ». Je ne sais plus le mot en hébreu, mais je me rappelle le mot utilisé dans la traduction de la Septante (traduction en grec de la Bible hébraïque, qui aurait été traduites à Alexandrie par soixante-dix - septante - personnes séparément, dont les soixante-dix traductions se seraient révélées exactement les mêmes, au mot près... et donc considérée comme inspirée par Dieu au même titre que la Bible en hébreu, à tel point que c'est elle que saint Paul cite couramment dans ses lettres). Ce mot de la Septante, c'est pistis, qui signifie "bonne foi", "fidélité", ou encore... "foi". Et saint Paul, justement, n'hésite pas à l'utiliser franchement dans son sens de "foi" : « Le juste vivra par sa foi ».
Habacuc, un prophète juif, s'adressant à des Juifs, ne dit pas : "le juste vivra par son observance des commandements du Seigneur", comme on aurait pu s'y attendre ! Il dit : « Le juste vivra par sa foi ».

Chers frères et sœurs dans le Christ, nous avons, je crois, avec les paroles du prophète Habacuc reprises par saint Paul, la clé qui nous permet de comprendre les paroles de Jésus.
Si nous pensons que nous allons mériter le salut par nos actions, nous nous rendons précisément esclaves de la Loi ! Nous allons chercher à tout prix, par nos propres forces, à observer la Loi, à agir selon les commandements de Dieu, pour obtenir le salut ! Nous allons faire comme ce Pharisien de la parabole, qui se présente debout, tout fier de lui, au milieu du Temple de Dieu, en lui disant dans une prière retentissante : "Regarde, Seigneur, comme je suis beau, comme j'ai tout bien fait comme tu voulais, contrairement à tous ces pauvres pécheurs bêtes et moches - je paraphrase, hein - qui sont tous fichus parce qu'ils en sont incapables. Bande de nazes."
Régulièrement, quand je baptise des petits enfants, les parents choisissent le passage de l’Évangile où Jésus dit à ses disciples que, s'ils ne ressemblent pas à ces tout-petits, ils n'entreront pas dans le Royaume des Cieux. C'est tout mignon choubidoubidou, n'est-ce pas ? Et je leur demande alors s'ils croient que leur enfant mérite d'être baptisé. Je fais lever le doigt à ceux qui le pensent... et tout le monde lève le doigt ! Il est tellement mignon choubidoubidou, vous comprenez ! Et puis je demande à ceux qui croient que cet enfant ne mérite pas d'être baptisé de lever le doigt... et je lève le doigt, tout seul. Je peux vous dire que ça calme direct.
Non, ces enfants ne méritent pas d'être sauvés. D'ailleurs, ils n'ont encore rien fait, ni de bien, ni de mal, alors je vois mal comment ils mériteraient quoi que ce soit, de bien ou de mal. Ils sont sauvés par la foi de leurs parents qui demandent pour eux le baptême, ils sont sauvés par la foi de l’Église qui leur donne le baptême ! Ils seront sauvés par la foi qui leur sera transmise par leurs parents et par l’Église !
"Ne regarde pas nos péchés, mais la foi de ton Église", demande le prêtre dans la prière qui suit le Notre Père...
Chers frères et sœurs, nous ne sommes pas sauvés par nos actes, par notre observance des commandements de Dieu, mais par notre foi ! Nous sommes sauvés parce que nous adhérons, par la foi, au Christ Sauveur ! Et c'est tout.

J'entends d'ici certains d'entre vous, bien catholiques, murmurer... "Oui mais enfin, les œuvres, tout ça ! La foi agissant par la charité, c'est catholique ! Mon Père, vous êtes protestant !"
Eh bien, non, précisément : vous avez bien dit "la foi agissant par la charité" ! Quel est le motif de votre action ? Si c'est par souci d'être sauvé, alors vous êtes des esclaves - et inutiles, en plus - de la Loi. Mais si le motif de votre action est le même que celui de Jésus, à qui vous adhérez par la foi, qui agit par pur amour gratuit pour son Père et pour nous, alors là ! C'est différent.
Chers amis, si vous voulez être sauvés par Jésus, croyez en lui ! Croyez qu'il est votre Sauveur ! Ouvrez votre cœur et votre vie, par la foi, à son salut ! Et alors, c'est lui qui vous donnera la charité, c'est lui qui vous donnera d'aimer vraiment, totalement, gratuitement, Dieu et votre prochain ! Et vous vous rappelez que le commandement de l'amour de Dieu et du prochain, c'est toute la Loi.
N'observez pas les commandements pour être sauvés, autrement vous êtes esclaves de la Loi, et vous n'êtes pas sauvés. Croyez en Jésus et observez les commandements gratuitement, par amour, sans autre motif que la charité, et alors vous agirez comme Jésus, parce que vous êtes sauvés.

Chers amis, par la foi, nous devenons fils et filles de Dieu, et non pas des esclaves ! Par la foi qui fait de nous des fils de Dieu, agissons comme le Fils de Dieu, par amour, gratuitement, parce qu'il nous a sauvés !
Seigneur, « augmente en nous la foi », pour que nous soyons sauvés et que nous puissions, à notre tour, agir par pure charité !